22/10/2006

UN VERDICT LOURD DE CONSEQUENCES.....

Un carnage sans nom, deux crimes affreux et sordides à l'arme blanche et pour camoufler l'horreur, un incendie volontaire.

 Verdict: un double acquitement qui crie vengeance et qui horrifie plus que le crime lui-même.

 Bravo Mesdames et Messieurs du jury de vous être laissés abuser à ce point, félicitation Monsieur l'Avocat Général d'avoir requis la clémence pour les auteurs d'un tel forfait, quant à la plus haute marche du podium, je la réserve aux champions de la défense.

 Vous devez être particulièrement fiers de vos effets de manches et de vos joutes oratoires .....vous avez fait libérer deux dangereux voyoux. Qu'importe les conséquences dramatiques et l'influence néfaste que cette sentence particulièrement indulgente va avoir sur des criminels en devenir, vous avez remporté le challenge . Vous avez mis votre point d'horreur à gagner ce procès, comme le montagnard met son point d'honneur à vaincre le sommet. Vous avez trouver l'excuse miraculeuse  "la force irrésistible" pour sensibiliser les jurés, vous l'avez exploitée juqu'à l'ignominie, en profitant du dixième anniversaire de la Marche Blanche. Vous avez misé sur le traumatisme qu'ont laissé les "affaires" dans l'opinion publique et surfé sur les plaies encore béantes des disparitions et des viols d'enfants de ces dernières semaines, pour emporter la libération de deux tueurs.

Vous avez choisi une bien sale cause, Mesdames et Messieurs du barreau, pour vous faire un nom dans le milieu et promouvoir votre publicité. Je cherche en vain, dans vos paidoiries, l'éthique qu'exige le métier d'avocat.

J'espère que dans un proche avenir, vous n'aurez pas à vous en mordre les doigts, ni  à vous en repentir.....Vu l'attitude de David BOUCHAT à la sortie du Palais, sa façon de parader comme une vedette, avec un large sourire de satisfaction comme si de rien n'était, je formule quant à moi, les plus grandes craintes pour l'avenir.

17:12 Écrit par Lucien dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.